rappel sur notre perspective

La France renaitra de ses fragments (Proudhon)

Cette note d’information du Carrefour des Acteurs Sociaux et organismes associés est d’abord destinée à informer les membres du réseau des initiatives prises par ses membres, ensuite mettre l’accent sur les initiatives porteuses d’avenir qui illustrent à la fois les vertus de la décentralisation dans tous ses aspects et les impératifs des cohésion et pérennité sociales. A la dialectique mortifère issue de la confrontation des deux termes nous opposons une vision harmonique : l’Autorité en haut, les libertés en bas. Le premier terme est sans doute jupitérien, mais pour le second cela reste à démontrer.

Qu’on se le dise : Le numéro 4 de Vivre l’Histoire Ensemble! va paraitre.

pour consulter la fiche cliquer sur Vivre l’Histoire Ensemble! 

Les personnes abonnées désirant recevoir par fichier informatique les numéros précédents peuvent en faire la demande. Le numéro 4 paraitra vers le 6 mai. Outre les sujets évoqués dans la note ci-jointe ce numéro présentera le programme de la mission du Partenariat Eurafricain à Madagascar, les prochaines étapes de l’exposition sur le TS pendant la guerre de 14, une interview de Frédéric Descrozailles et de l’ambassadeur de France en Guinée … Merci aux annonceurs de prendre directement  contact avec la société Aria communication : philippe.youyou@wanadoo.fr

vers une réorientation des politiques d’entreprises dans le soutien aux politiques diversitaires ?

Les échecs largement reconnus dans des domaines aussi sensibles que la crise du civisme, l’inversion  des valeurs, les carences de l’école, la sécurité des établissements … conduisent inévitablement à remettre en cause les fondements  de politiques qui ont totalement ou partiellement échoué. Un exemple emblèmatique est celui des « grands frères » qui sous au motif légitime de valoriser l’autorité (voir la notion de hiérarchie) ont abouti à financer l’instauration d’autorités certes mais la plupart du temps … mafieuses ou liées à des partis politiques ce qui ne vaut guère mieux. De par la loi,  institutions et entreprises ont été sommées de concourir à ces politiques. L’attribution de stocks options aux dirigeants du CAC 40 valait bien que les entreprises finançassent la lutte pour promouvoir un monde nouveau. Des féodalités se sont construites au fil des ans, vendant à prix d’or la paix sociale (toujours provisoire évidemment)  comme l’a si bien dénoncé Malek Boutih. Un carcan idéologique avait ficelé les acteurs économiques dans un système de financement. Le « tremblement de terre Macron » permet desserrer l’étau du mortifère système des partis et des réseaux d’influence spécialisés dans la captation de fonds. Une réorientation des moyens s’avère aujourd’hui possible. C’est pour ce faire que les décideurs chargés de promouvoir les politiques de lutte contre les discriminations, pour promouvoir les diversités, etc, etc, etc …. sont invités prendre contact pour poursuivre un combat légitime sans pour autant continuer d’engraisser des réseaux qui loin de concourir à la paix civile exacerbent les conflits à leur seul profit. Nous demandons à ces responsables de prendre contact avec dircas@cas-france.org

 

le Partenariat Eurafricain s’implante en Bourgogne

pour consulter l’article de l’Yonne Républicaine cliquer sur : Yonne républicaine

Sens a accueilli, à l’initiative de Celestin Ngoma, conseiller municipale de Sens, chargé de la formation professionnelle, des représentants des diasporas présentes dans la région. Celestin Ngoma est également le porte parole  du CRFAC (Centre de Réflexion France Afrique Caraïbes). Une quinzaines de responsables ont pu jeter les bases d’une collaboration suivie avec le Partenariat Eurafricain, représenté par Hervé Nyam, chargé du dossier des transferts financiers Nord/Sud.